vendredi 4 mai 2007

Le départ et l'arrivée

Monsieur Chirac quitte la scène pour vivre paisiblement comme une Marionnette blasée et lassée des charges qu’entraînent les pleins pouvoirs d’une République. Je ne sais s’il ira planter les choux dans sa résidence secondaire et si Madame Bernadette se fera fermière mais ce qui me paraît évident, c’est qu’ils seront ravis de retourner vers une vie plus saine, dans leur adorable petite cité de Bormes-les-Mimosas. Bien sûr, il y aura des jours où ils regretteront les avantages de la Présidence car l’Homme n’est jamais satisfait de son sort. Il ne parvient jamais à être en plein accord avec la lune. Il la voudrait ronde quand elle vient le narguer avec son demi croissant et inversement.
Surtout, ne m’accusez pas de vouloir jouer les extra-lucides mais je vois Napoléon Sarko ceindre l’écharpe tricolore et je vais vous dire pourquoi. Certes, la mignonne Gazelle / Ségo ne manque pas de charme physique avec une simplicité de bon aloi qui est en sa faveur. Mais hélas, il y a un « hic » : elle ne paraît pas sincère. Elle a, comme on dit chez toutes les Pipelette du monde, le sourire sur commande dito: le diplomatique ce qui pour une femme férue de politique, est une qualité. Las! Chassez le naturel, il revient au galop et à la moindre contrariété, voilà son visage qui « vire de bord. » Les yeux lancent des étincelles, les lèvres s’amincissent et la jolie femme retient très mal les premiers signes d’une colère « rentrée » Du reste, l’autre soir, elle n’a pas caché, et ce, plusieurs fois, qu’elle était très en colère. Sans doute, dans son enfance, était-elle une petite fille prompte à trépigner et manifester des caprices. En vérité, je vous le dis: tout va très bien comme en compagnie de Madame la Marquise, si l’on veut bien lui donner toujours raison. Dans sa famille, on a sans doute tendance à la satisfaire, mais face à des adversaires ou éventuels électeurs, la mauvaise humeur n’a aucune valeur. Cela, Monsieur Napoléon Sarko l’a parfaitement compris. L’autre soir, il est demeuré un parfait gentlemen pour répondre à des attaques peu dissimulées. Toutefois, on sentait qu’il avait de grandes difficultés de garder son calme. On ne peut que le féliciter car en ce qui me concerne, « Bélier - ascendant Bélier », je n’aurai pu résister à lui rendre « pique par pique », au besoin, en employant celles qui font « mouche » quand injustement, on m’attaque. Dans la corporation des concierges, on a bien compris ce côté délicat de ma nature. Je me souviens qu’un matin, alors que je balayais tranquillement mon petit morceau de trottoir, la voisine d’à-côté s’est permis de projeter ses balayures sur mon territoire. Ca n’a pas tardé: je lui ai volé dans les plumes et l’ai obligée de s’excuser pour ce geste malencontreux. Je suis comme çà, moi! Comme les mousquetaires, « bon cœur et mauvais caractère » Pourtant, je n’ai que des amis autour de moi.
Assez parlé de moi ou de tout autre sujet. Midi sonne aux clochers de Monaco. Bon appétit, Messieurs ... Je vais chauffer ma soupe.
(17)

1 commentaire:

adele a dit…

bon débarras, Chirac rejoint Mitterand dans le club des pires présidents de la république ! espérons que Sarko se mette au boulot et n'ait pas à les rejoindre dans 5 ans !!
en tout cas, bravo pour les articles que vous écrivez, continuez